top of page

jeu. 25 avr.

|

Les Trois-Îlets

Troubles musculo-squelettiques du rachis. Facteurs Biopsychosociaux favorisants ou aggravant

Action DPC sur site de 4 h avec Evaluation à distance de 3 h. N° 36472325040

Troubles musculo-squelettiques du rachis. Facteurs Biopsychosociaux favorisants ou aggravant
Troubles musculo-squelettiques du rachis. Facteurs Biopsychosociaux favorisants ou aggravant

Heure et lieu

25 avr. 2024, 09:00 – 13:00

Les Trois-Îlets, Pointe du Bout, Les Trois-Îlets 97229, Martinique

À propos de l'événement

Expert : Dr Olivier ROSSIGNOL

Rhumatologue. Président FFR

Programme.

Résumé :

Les TMS sont des maladies qui touchent les articulations, les muscles et les tendons. Ces troubles sont également appelés « pathologies d’hyper-sollicitation ».

Ils s'expriment par de la douleur mais aussi par de la raideur, de la maladresse ou une perte de force. Quelle que soit leur localisation, les TMS peuvent devenir irréversibles et entraîner un handicap durable. Afin que ces maladies ne deviennent pas chroniques, elles doivent être diagnostiquées et prises en charge précocement.

Les TMS sont de loin les maladies professionnelles reconnues les plus fréquentes.

En France, les TMS constituent la première cause de maladie professionnelle reconnue avec une progression annuelle d’environ 18% depuis 10 ans. Les demandes d’indemnisation pour cause de TMS augmentent d’année en année et représentent aujourd’hui 76% des maladies professionnelles indemnisées en France.

Les TMS sont des maladies multifactorielles à composante professionnelle. Les facteurs qui sont à l'origine des TMS sont biomécaniques et liés aux contraintes psychosociales et organisationnelles. A ces facteurs, il convient d’ajouter le stress, de même que certains facteurs individuels comme l’avancée en âge ou certains antécédents médicaux (obésité, diabète de type 2, arthrite…)[1], qui favorisent la survenue de TMS voire l’aggravent (co-morbidités). La charge de travail excessive, la forte pression temporelle, le manque d'autocontrôle sur le travail, le manque de participation des salariés aux décisions sur leur travail, de soutien social des collègues et de la hiérarchie, l'avenir professionnel perçu comme incertain, constituent des facteurs psychosociaux.

Des solutions de prévention peuvent être mises en place. Elles permettent non seulement de réduire le risque de TMS mais conduisent aussi à améliorer la qualité de vie au travail des salariés ainsi que la qualité des produits

La prévention des TMS passe par un dépistage préalable des situations de travail à risque, puis par une intervention ergonomique[2]. Un diagnostic médical précoce est également important.

La démarche de prévention des TMS repose principalement sur une phase d'intervention qui comporte 4 étapes : mobiliser, investiguer, maîtriser et évaluer.

Nous aborderons dans cette action de DPC au travers des TMS du Rachis, la place spécifique qu’assure le rhumatologue.

[1] Burton AK, Balagué F, Cardon G, Eriksen HR, Henrotin Y, Lahad A, et al. Chapter 2. European guidelines for prevention in low back pain : November 2004. Eur Spine J. 2006;15(Suppl 2):S136-68.

[2] Fouquet N, Chazelle E, Chérié-Challine L, Bodin J, Descatha A, Roquelaure Y. Surveillance de la lombalgie en lien avec le travail : comparaison de quatre sources de données et perspectives pour la prévention. Saint-Maurice: Santé publique France; 2018. 18 p.

Partager cet événement

bottom of page