jeu. 16 sept. | L'Île-Rousse

Syndromes iatrogènes : les ostéopathies induites

Action de DPC, de quatre heures présentielle, associée à une évaluation à distance de trois heures. Indemnisée 315 €. N° ANDPC 36472100050
Syndromes iatrogènes : les ostéopathies induites

Heure et lieu

16 sept. à 14:00 – 18:00
L'Île-Rousse, L'Île-Rousse, France

À propos de l'événement

Expert : 

Dr Eric GIBERT  Rhumatologue    Président FFR

Dr Olivier ROSSIGNOL  Rhumatologue 

Parcours pédagogique

« Primum non nocere » : d’abord ne pas nuire.

Les accidents liés à un mauvais usage du médicament occasionnent chaque année de nombreuses hospitalisations et décès. Au sein de la population, les personnes âgées sont tout particulièrement vulnérables.

La lutte contre la iatrogénie médicamenteuse est une priorité affichée depuis la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique et est reprise depuis dans les différentes stratégies de santé en affichant comme une des finalités :

« Promouvoir le bon usage des produits de santé en établissements et en ville, et notamment lutter contre la polymédication et la iatrogénie, notamment chez la personne âgée »

Certains effets secondaires médicamenteux nous sont bien connus, d’autres moins, soit par ignorance, soit par méconnaissance. Le tissu osseux est un constituant majeur de l’appareil locomoteur. Sa fragilité passe par diverses

pathologies : l’ostéoporose et les ostéomalacies. Une réflexion complète avec évaluation bénéfice / risque d’un traitement à introduire doit se faire en évaluant le risque d’ostéopathie induite au regard du bénéfice attendu.

De nombreux produits de santé peuvent induire ces situations cliniques, dont au premier plan, la cortisone et les antihormones. Mais de nombreux autres produits de santé peuvent provoquer ces états pathologiques et dont la responsabilité est

bien moins connue. 

Il est ainsi indispensable que le clinicien évalue la fragilité osseuse et comment peut-il prévenir cet effet secondaire lorsque le traitement est indispensable aux bons soins du patient.

Objectifs Généraux

• Permettre aux professionnels de santé d’appréhender l’impact médical et économique du mauvais usage d’un traitement potentiellement inducteur d’ostéopathie

• Identifier le risque ostéoporotique et/ou fracturaires.

• Faciliter l’appropriation des outils existants qui permettent un bon usage du médicament, le repérage des situations à risque, par une utilisation raisonnée des examens complémentaires, avec au premier plan, l’ostéodensitométrie.

Objectifs pédagogiques

• Identifier les traitements ayant un effet osseux potentiellement délétère.

• Déterminer les examens utiles et les indications appropriées de ceux-ci et notamment biologiques et ostéodensitométriques, dans l’évaluation du risque d’ostéopathie induite.

• Formaliser le dialogue autour du patient et de ses médicaments entre professionnels de santé du parcours de soins.

Partager cet événement