top of page

sam. 09 nov.

|

Saint-Paul

Repérage et évaluation des idées et conduites suicidaires chez l’adolescent.

DPC validant comportant une formation, sur site, de 4 h et une évaluation, à distance, de 3 h N° en cours d'agrément 36472325044

Repérage et évaluation des idées et conduites suicidaires chez l’adolescent.
Repérage et évaluation des idées et conduites suicidaires chez l’adolescent.

Heure et lieu

09 nov. 2024, 09:00 – 13:00

Saint-Paul, 50 Av. de Bourbon, Saint Gilles 97434, La Réunion

Invités

À propos de l'événement

Expert : Pr Yann LE STRAT

Psychiatre CH Colombes

Programme

Spécialités : MG et pédiatres

Résumé:

En France, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes. Les tentatives de suicide ont un retentissement psychologique et social très lourd, en plus des blessures et de la potentielle invalidité à long terme auxquelles il faut faire face.

Pour tenter de prévenir ces événements, il est important de ne pas banaliser les idées suicidaires et d’y apporter une écoute attentive pour trouver une réponse rapide et adaptée. ( HAS)

Par ailleurs Il a été constaté une augmentation inquiétante des tentatives de suicide à partir du deuxième semestre de l’année 2020, est notamment chez les adolescentes a été constatée après la crise sanitaire. La vulnérabilité des jeunes a été aggravée par la pandémie.

La prévalence des syndromes dépressifs, notamment majeurs, reste élevée chez les jeunes, et plus particulièrement chez les jeunes femmes.

Parmi les personnes souffrant d’un syndrome dépressif majeur, une sur quatre déclare des pensées suicidaires.

En juillet 2021, 2,7 % de la population déclare avoir pensé à se suicider depuis décembre 2020.

Cette prévalence demeure plus élevée chez les personnes âgées de 15 à 24 ans que dans le reste de la population.

Dans cette tranche d’âge, les femmes sont particulièrement concernées (6,5 %). Les 12-25 ans déclarent avoir consulté au moins une fois le médecin dans l’année.

En moyenne le médecin traitant, pédiatre ou généraliste, est consulté 2,3 fois par an.

Ce qui les met en première ligne le médecin traitant pour dépister les conduites à risque et mettre en œuvre une démarche éducative.

Partager cet événement

bottom of page