jeu. 08 sept.

|

Hotel ALIVI

Quand et comment prescrire une Biothérapie Prévention de la chronicisation des pathologies de l'appareil locomoteur

DPC de 4 h sur site et 3 h à distance 36472200083 Expert Dr Eric GIBERT

 Quand et comment prescrire une Biothérapie Prévention de la chronicisation des pathologies de l'appareil locomoteur

Heure et lieu

08 sept., 14:00 – 18:00

Hotel ALIVI, Bastia, France

À propos de l'événement

expert Dr Eric GIBERT

Rhumatologue 94

Fiche Programme

Objectifs pédagogiques

• Identifier les indications des biothérapies dans les maladies rhumatismes 

• Déterminer le bilan pré thérapeutique que le patient doit réaliser avant mise sous biothérapie

• Définir la surveillance médical et biologique d’un patient sous biothérapies

• Identifier les effets indésirables connus des biothérapies

• Déterminer les éléments de surveillance, lorsque du méthotrexate est associé à une Biothérapie

• Déterminer la surveillance en terme d’Index de Qualité de Vie d’un patient sous Biothérapie

Résumé

Les maladies rhumatologiques sont souvent associées à des douleurs et un handicap fonctionnel qui favorisent la diminution de la mobilité et entraîne le malade vers une perte de ses capacités fonctionnelles, une perte de son autonomie, des difficultés professionnelles, sociales et familiales. Pour ces raisons, les maladies rhumatologiques ont un coût sociétal élevé non seulement en raison des conséquences directes liées à la maladie (consommation de soins) mais également en raison des conséquences indirectes avec les arrêts de travail et les mises en invalidité.

Il est donc important de limiter, autant que faire se peut, l'évolution vers une chronicisation des maladies rhumatismales par une prise en charge efficace et adaptée.

L’arrivée des biothérapies a complètement bouleversé le monde des maladies rhumatismales.

Les répercussions de ces nouveaux traitements sur la qualité de vie des patients suivis en rhumatologie ont été immenses. Souvent méconnues et craintes de l’omnipraticien, ces molécules novatrices ont un profil d’effets indésirables relativement limité que le clinicien gagnerait à mieux connaître. Peu accessibles en raison de leur coût élevé, elles sont restreintes aux patients dont la maladie est modérée ou grave, soit à environ 20 % des personnes suivies en rhumatologie pour un problème inflammatoire.

Ces différents agents biologiques partagent un certain nombre de points communs dans leurs modalités de prescription et de surveillance, mais offrent également certaines particularités dans ces domaines.

Dans la pratique courante, la prescription et la surveillance d’une biothérapie nécessitent de connaitre indications et contre-indications, les éléments du bilan préalable exigé pour certaines d’entre elles, les modalités pratiques de prescription et de délivrance, les Eléments de surveillance et la connaissance des effets indésirables potentiels. Enfin, il incombe également au prescripteur dévaluer la réponse thérapeutique pour juger de la poursuite du traitement.

Les modalités de prescriptions ont évolué et permettent aux rhumatologues de ville de renouveler et adapter la prescription initiale, qui demeure hospitalière.

Partager cet événement