jeu. 08 sept.

|

Hotel ALIVI

La maladie arthrosique. La repérer, la prendre en charge pour retarder la chronicisation.

Expert Dr Olivier ROSSIGNOL N° 36472200082 Action DPC de 7h comportant une partie présentielle de 4h et une évaluation à distance de 3 h

	La maladie arthrosique. La repérer, la prendre en charge pour retarder la chronicisation.

Heure et lieu

08 sept., 09:00 – 13:00

Hotel ALIVI, Bastia, France

À propos de l'événement

Expert dr Olivier ROSSIGNOL

Rhumatologue 94

Fiche_Programme

Objectifs pédagogiques

• Identifier les éléments cliniques de l’arthrose

• Définir les examens complémentaires nécessaires

• Identifier les facteurs de risques à rechercher chez un patient arthrosique

• Déterminer la hiérarchie médicamenteuse à mettre en œuvre chez un patient arthrosique

• Définir le parcours de soins à proposer au patient arthrosique

• Evaluer la qualité de vie d’un patient arthrosique

Résumé

L’arthrose est la principale cause de morbidité dans les pays développés. Souvent multifocale et d’évolution variable, elle entraine un état de multi morbidité avec handicap important et perte fonctionnelle. Elle représente la première cause d’handicap après 40 ans (INSERM). Sa prévalence est d’environ 17%. En 2002, les coûts directs liés à l’arthrose s’élevaient à plus de 1,6 milliard d’euros 

L’arthrose est la résultante de phénomènes mécaniques et biochimiques qui déstabilisent l’équilibre entre la synthèse (anabolisme) et la dégradation du cartilage (catabolisme) et de l’os sous-chondrale. L’arthrose est donc un processus inflammatoire local où il existe des modifications quantitatives et qualitatives du cartilage, et non pas une simple « usure » du cartilage.

On définit cliniquement 3 grands phénotypes cliniques d’arthrose basés sur ses principaux facteurs de risque : arthrose post-traumatique, arthrose métabolique et arthrose liée au vieillissement. La connaissance de ces facteurs de risque est essentielle pour une prise en charge optimale afin d’éviter, ou tout au moins retarder une chronicisation de cette pathologie. 

Le diagnostic de la maladie repose sur un examen clinique et des radiographies de l’articulation.

Le traitement est multimodal à tous les stades

La compréhension de la physiopathologie de l’arthrose permettra au cours des prochaines années de disposer de biomarqueurs prédictifs de l’évolution de la maladie au moment du diagnostic et de nouvelles cibles thérapeutiques.

Partager cet événement