Les 7 et 8 nov 2019   - Marakech  Maroc 

A l' hôtel MOGADOR PALACE AGDAL 

Contenu

•          Trois programmes de DPC .

•          Chaque programme comporte une partie non présentielle de trois heures et une formation sur site de 4 heures.

•          Choisir un, deux ou trois programmes

Experts

 

 

Dr Pierre BONDIL

Dr  Gérard RIBES

Dr Philippe BRENOT

Déroulé

Jeudi 7 novembre 2019 de 9 h à 13 h : ONCO-SEXOLOGIE 

Jeudi 7 novembre 2019 de 14 h à 18 h : LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES 

Vendredi 8 novembre 2019 de 9 h à 13 h : SEXUALITÉ ET VIEILLISSEMENT 

Programme des 3 DPC

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

La violence au sein du couple se définit comme « un processus inscrit dans le temps au cours duquel, dans le cadre d’une relation de couple actuelle ou passée (mariage, concubinage, PACS), un partenaire adopte à l’encontre de l’autre des comportements agressifs, violents, destructeurs

Les violences faites aux femmes dans le couple sont aujourd'hui un fait majeur de société dans la mesure où nous n'acceptons plus qu'elles soient tues. Mais comment les médecins sont-ils préparés à les entendre, à y répondre de manière juste et à accompagner ces patientes profondément blessées ? Parfois à entendre le couple ?

Ce DPC est destiné à comprendre les racines de ces violences (persistance de la domination masculine, tradition, modernité), leurs mécanismes psychologiques (harcèlement, emprise), leur réalité objective (216 000 violences physiques déclarées, 86 000 viols, 118 décès, France 2014), une réalité encore taboue ; apprendre à les entendre sans position morale ni idéologique (c’est le point le plus important : comment être dans l’écoute juste sans empathie excessive ni rejet moral ?) ; et à les accompagner.

Cette action est légitimée par le 1er plan de lutte contre les violences conjugales, sous l’égide du Premier ministre. (Ministère des affaires sociales et de la santé).   

ONCO-SEXOLOGIE

Dans la prise en charge du cancer, tous les traitements mis en oeuvre pourront avoir un impact sur la sexualité du patient; or le souhait de conserver une sexualité satisfaisante est une des préoccupations majeures du patient. Il est donc indispensable que les médecins consultés dès l'annonce du diagnostic soient capables d'évaluer la qualité de la sexualité du patient/couple avant le diagnostic, de proposer une prise en charge adaptée aux désirs du patient et de prévenir au mieux les complications liées au traitement.

40% des cancers sont génitaux et les cancers évoluent souvent en maladie chronique, d’où l’importance d’améliorer la qualité de vie du sujet, dont fait partie la qualité de vie sexuelle. Préserver la sexualité en cas de cancer vient ainsi d’être ajouté au panier des soins de support par l’INCa (Institut National du Cancer). Informer dès l'annonce des conséquences possibles du cancer et de ses traitements sur la sexualité est un droit et une obligation. De nombreux cancers et leurs traitements peuvent altérer la santé et la vie sexuelle tout au long du parcours de soins. Cet impact est fréquent, durable, souvent iatrogène mais non visible, peu exprimé et largement méconnu. En France, deux tiers des malades rapportent la persistance de difficultés sexuelles ou intimes, 2 et 5 ans après le diagnostic.

Ce DPC a pour objectif de permettre aux médecins d’être capable d’informations justes sur « sexualité et cancer », sur les cancers pelviens, leurs traitements et leur répercussion sur la sexualité ; de donner des conseils et des solutions efficaces pour améliorer la vie intime et sexuelle. Évaluer la santé sexuelle peut améliorer la qualité de vie et l'espérance de vie.

SEXUALITÉ ET VIEILLISSEMENT.

La santé sexuelle fait partie intégrante de la santé, du bien-être et de la qualité de vie dans leur ensemble

Les populations vieillissent. L’allongement de la longévité se fait par une meilleure prise en charge des pathologies chroniques, des troubles cognitifs, des polypathologies et un état de santé globalement meilleur. La place de la sexualité est devenue un facteur important pour le bien-être des individus. Elle est aussi un marqueur de possibles pathologies organiques ou psychologiques.

Pour le médecin avoir une représentation de la sexualité des personnes âgées, oser poser des questions à cette tranche d’âge, savoir les formuler, pouvoir être à l’écoute des demandes, conduire un interrogatoire, demander les examens complémentaires en tenant compte des spécificités de cette tranche d’âge, c’est éviter de laisser des patients dans la souffrance et permettre la mise en place de protocoles de soins adaptés. On sait (des études l’ont prouvé) qu’une meilleure qualité de vie du couple (dont l’intimité) contribue à l’amélioration de l’état de santé individuel.

Ce DPC est sous tendu par l’objectif 3 de la Stratégie nationale de santé sexuelle 2017-2030 (Ministère des affaires sociales et de la santé : « L’amélioration des pratiques des professionnels passe par une définition académique et un renforcement de la formation en santé sexuelle des professionnels de santé, en particulier les professionnels de 1er recours (médecins généralistes, gynécologues,psychiatres, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers,…),

Conditions Générales d’Inscriptions  pour les DPC hors métropole 

Indemnisation

315 € par programme

Conditions d’inscription

Au DPC : chèque à l’ordre de Agastya

1 - Être enregistré à l’ANDPC (site www. mondpc.fr) et posséder un solde suffisant

2 - Adresser un chèque de caution de 500 € et un bulletin d’inscription à AGASTYA SAS

Conditions de prise en charge

Les transports et les hébergements restent à la charge du participant.