Prévenir la chronicisation dans les pathologies dégénératives du rachis

Résumé 
La rhumatologie s'intéresse aux nombreuses pathologies qui peuvent conduire à une diminution de la mobilité. La pathologie arthrosique du rachis est une des pathologies les plus fréquentes
Souvent pour ne pas dire toujours associées à des douleurs et un handicap fonctionnel qui favorisent la diminution de la mobilité et entraîne le malade vers une perte de ses capacités fonctionnelles, une perte de son autonomie, des difficultés professionnelles, sociales et familiales. Elles ont un coût sociétal élevé non seulement en raison des conséquences directes liées à la maladie (consommation de soins) mais également en raison des conséquences indirectes avec les arrêts de travail et les mises en invalidité.
En ce qui concerne le seul étage lombaire, la prévalences de lombalgie d’au moins un jour dans les 12 mois précédents, et de plus de 30 jours dans les 12 mois ont respectivement été estimées, pour la France, à 55%, et 18%, pour la tranche d’âge 30-64 ans.
Responsables de près de 6 millions de consultations en France chaque année, elles constituent la 3e cause d’invalidité en France .
La lombalgie aiguë est une affection bénigne ; 90 à 95% des cas guérissent en quelques semaines , toutefois la tendance à la récidive dans l'année concerne 20 à 44% des patients.   
La gravité potentielle étant liée au passage vers une lombalgie chronique , source d’incapacités et de handicaps, d’altération de la qualité de vie et d’isolement social et professionnel. 
Elle représente la troisième cause de consultation en médecine générale 
La lombalgie est aussi à l’origine de 13% des accidents de travail ,  la première cause d’arrêt de travail et la première cause de maladies d’origine professionnelle.
L’atteinte cervical est aussi source de handicap et de desinsertion socio professionnelle.
Il est donc important de limiter, autant que faire se peut, l'évolution vers une chronicisation de ces  maladies rhumatismales par une prise en charge efficace et adaptée.

Cette  prise en charge pour être efficace doit prendre en compte :
•    Les traitements médicamenteux qui permettent de traiter efficacement la pathologie. Dans ce cadre, la prise en charge doit être le plus précoce possible pour limiter l'impact du handicap et la perte des capacités fonctionnelles. Ce traitement médical doit s'intégrer dans une stratégie de prise en charge médico chirurgicale des patients et tenir compte de la maladie elle-même et des comorbidités associées.
•    Une prise en charge rééducative, qui peut avoir un objectif antalgique, surtout dans les atteintes débutantes ; cette prise en charge est également importante pour lutter contre l'enraidissement d'une articulation et contre le déconditionnement à l'effort, qui est la conséquence habituelle de toutes les pathologies de l'appareil locomoteur.
•    Une prise en charge psycho-sociale pour comprendre la problématique spécifique de chaque malade liée à son environnement professionnel sociale et familiale. Cette prise en charge psychosociale correspond pour une grande partie à la prise en charge en éducation thérapeutique indispensable pour les pathologies de l'appareil locomoteur..

OBJECTIFS    
•    Limiter la chronicisation d’une pathologie dégénérative du rachis, par la prise en charge médicale, non médicamenteuse et/ou psycho-sociale
•    Comprendre les objectifs de la prise en charge médicale d’une pathologie dégénérative du rachis en utilisant de façon adaptée les traitements symptomatiques et les traitements dits de fond.
•    Savoir orienter dans le cadre de la prise en charge globale, d’une pathologie dégénérative du rachis, un malade vers une prise en charge en rééducation fonctionnelle ou chirurgicale
•    Comprendre le risque de perte d'autonomie associée aux maladies dégénératives du rachis et connaître les moyens d'y faire face.

Objectifs pédagogiques
•    Identifier l'origine mécanique d'une pathologie du rachis
•    Proposer de façon adaptée un traitement de fond en tenant compte des facteurs de risque d'évolution vers une pathologie chronique et sévère
•    Identifier la place et l'indication des techniques de rééducation de la pathologie rachidienne.
•    Déterminer la place et l'importance des activités sportives adaptées dans les maladies rhumatismales rachidiennes
•    Comprendre l'intérêt de l'éducation thérapeutique et de la posture éducative dans la prise en charge des maladies rhumatismales rachidiennes.
•    Identifier les facteurs de risques psychosociaux et médicaux de désinsertion socio professionnelles dans le cadre d’une pathologie dégénérative du rachis
   
Description synthétique de chaque composante

Séquence 1 évaluation des pratiques : deux étapes.
1/Les participants recevront, avant la formation présentielle sur site, un ensemble de QCM visant à évaluer leurs connaissances, et la première partie d’un audit clinique ciblé sur le thème de la prévention de la chronicisation dans les pathologies dégénératives du rachis (Partie non présentielle, à distance). 
2/Cette étape sera répétée après la formation présentielle afin d’évaluer l’évolution des connaissances.

Séquence 2 : Acquisition des connaissances au cours d’une formation cognitive présentielle 
Avec un expert du thème qui présentera les différentes parties de ce DPC et qui répondra aux questions des participants